DÉFINITION DU MÉTIER

Auparavant le port d’arme était réservé uniquement aux agents chargés du transport de fonds, les personnels d’ambassades, les agents de protection rapprochée et les agents de surveillance exposés à des risques d’atteinte à leur vie. Depuis les attentats, la demande de sécurité s’est renforcée sur le territoire, l’état Français légiférant et faisant le point en matière de réglementation du port d’armes. La loi adoptée numéro 2017-158 du 28 février 2017 et le décret du 29 décembre 2017, vont permettre à plus de 2000 agents privés d’être armés sous conditions. Ces nouvelles activités de sécurité armées sont ouvertes aux personnes exerçant le métier d’agent de sécurité et disposant d’une carte professionnelle.

Celles-ci qui permettent de réaliser des prestations de surveillance et gardiennage avec l’utilisation d’armes de catégorie B et D, sont strictement soumises au principe d’exclusivité et ouvertes qu’aux cadres de missions autorisées par l’autorité administrative compétente, et justifiées par l’existence d’un risque exceptionnel. Les sociétés de sécurité humaine, souhaitant offrir ces prestations, créeront une structure ad hoc et devront obtenir une autorisation spécifique, ces activités étant strictement soumises au principe d’exclusivité.

MISSIONS

Agir en toute normalité, suivant la règlementation, en sécurité, en portant son arme, sans en faire usage et sans penser à en faire usage. En cas de besoin ou de nécessité, faire usage de son arme ou vouloir en faire usage. L’arme est un moyen, un outil en supplément afin d’agir face à des situations nouvelles entrant dans le champ prévu par la loi ;

Sécuriser un site identifié par la Préfecture ;

Venir en complément, armé de deuxième niveau d’un autre agent non armé;

Intervenir dans un périmètre de menace ;

Préparer son arme et se préparer à la porter, la protéger, à en faire usage ;

Prévenir, suivant le cadre défini par le livre VI du code de la sécurité intérieure : Surveillance générale des accès, des sites et des abords immédiats, contrôle des accès et dissuader par sa présence, ses attitudes et ses comportements. Il est un agent de prévention avec pour mission d’assurer la sauvegarde des biens et des personnes dans des lieux exposés à des risques élevés ;

Alerter à tout moment et dès que possible ;

Porter assistance aux personnes si la situation permet d’intervenir en sécurité et sans déroger aux missions principales ;

Interdire, en cas d’agression, l’accès aux lieux figés en défendant sa position ;

Neutraliser l’agresseur si nécessaire et dans le respect de son cadre légal d’intervention.

COMPÉTENCES

Connaissance, application et maîtrise du cadre juridique d’usage des armes et des caractéristiques techniques liées au fonctionnement, à l’entretien, aux règles de sécurité de stockage, de traçabilité et du transport des armes.

Exercice régulier, réglementaire et sécurisé du maniement des armes y compris des usages, techniques de garde, et déplacement avec ou sans armes pour les catégories visées.

Maîtrise des situations propres aux tirs avec armes pour recharger l’arme, tirer, gérer un incident de tir, quel que soit l’arme et y compris en cas de situation d’urgence ou aggravée, en cas d’intervention avec des équipes non armées ou les forces de l’ordre ….

Secourisme tactique.

Le titre professionnel qui permet d’obtenir une carte professionnelle spécifique d’ASR

Chaque agent qui souhaite se former au maniement des armes de catégorie B devra solliciter une autorisation préalable d’entrée en formation auprès du CNAPS (une autorité de régulation qui dépend du ministère de l’intérieur) même s’il détient une carte professionnelle en cours de validité.

L’agent de sécurité privée doit impérativement suivre :

71 heures de formation pour le maniement des armes de catégorie D (tonfas, matraques, aérosols)

139 heures pour le maniement des armes de catégorie B

157 heures pour le maniement des armes de catégories D

Cette formation sera couronnée par un examen et par la délivrance d’une certification professionnelle par le CNAPS.

Des entraînements réguliers obligatoires

Les agents titulaires d’une carte permettant l’exercice d’activité armée sont soumis au suivi d’entraînements annuels réguliers :

2 séances de 7 heures pour les armes de la catégorie D

4 séances d’1 heure pour les armes de la catégorie B.

Le suivi de ces entraînements et de la formation continue obligatoire (MAC : Maintien des Acquis et des Compétences) conditionnera le renouvellement de la carte professionnelle.

CONDITIONS DE TRAVAIL

Le contrôle de ses activités est exercé suivant la réglementation en vigueur.

Il est à noter que les agents de cette catégorie ne doivent jamais être distraits de leurs fonctions spécifiques de sécurité et de maintenance par d’autres tâches sans rapport direct avec celles-ci

Consulter les formations ou les métiers