Brest. Sécurité au centre-ville : cinq mesures appliquées immédiatement

4 Oct 2021 | Actualités | 0 commentaires

La réunion du 30 septembre 2021 en sous-préfecture de Brest (Finistère) débouche sur des mesures concrètes pour lutter contre la délinquance en centre-ville : une présence policière renforcée sur l’axe Jaurès-Siam, des contrôles plus fréquents assortis de mesures judiciaires, une concertation accrue entre le commissariat et les commerçants…

Le sous-préfet de Brest (Finistère), Jean-Philippe Setbon, a organisé, ce jeudi 30 septembre 2021, une réunion en sous-préfecture avec des commerçants dont Françoise Le Gall, présidente des Vitrines de Brest, des élus, le député Jean-Charles Larsonneur et Nicolas Hoarau, le commissaire central. Le but : définir les mesures qui vont permettre de mettre fin, rapidement, à la délinquance constatée dans le centre-ville. Le mode opératoire : « Le harcèlement change de camp », annonce Jean-Philippe Setbon.

1. Le commissariat en contact direct avec les commerçants

Le groupe de sécurité et de proximité du commissariat adapte son organisation « afin d’être présent de manière prioritaire sur les horaires d’ouverture des commerces ». Des contacts directs ont déjà été pris par les fonctionnaires de police avec certains commerçants. D’autres le seront dans les jours qui viennent « afin de permettre la réponse la plus appropriée possible aux difficultés que rencontrent les commerçants ».

2. Une présence policière renforcée de Jaurès à Siam

Le dispositif de sécurisation renforcée sera ciblé sur le secteur du centre-ville, en particulier sur l’artère commerciale Jaurès-Siam. Maintenu aussi longtemps que nécessaire, il sera complété par un dispositif de patrouilles pédestres plus nombreuses et de véhicules fixes de police aux points stratégiques, « afin de renforcer la présence sur le terrain et les contrôles, tout en permettant l’interpellation des éventuels fauteurs de troubles ».

3. Des appels au « 17 police secours » prioritaires

Afin de permettre la plus grande réactivité possible et d’optimiser la réponse policière à ces phénomènes de délinquance, il est rappelé à l’ensemble des commerçants « la nécessité absolue d’alerter en temps réel » les services de police au « 17 police secours » : en cas d’infraction flagrante, mais aussi en cas de présence ostensible de perturbateurs sur la voie publique et à proximité des commerces. Les opérateurs téléphoniques du « 17 police secours » ont été « particulièrement sensibilisés sur l’absolue priorité de ce type d’appel ».

4. Un suivi des mesures

Le groupe de partenariat opérationnel du secteur du centre-ville, piloté par la police nationale et associant l’ensemble des partenaires œuvrant en matière de prévention et de sécurité, sera réorienté spécifiquement sur le suivi des mesures décidées, en coordination avec la ville de Brest et les commerçants concernés.

5. Un premier bilan dans 15 jours

Une nouvelle réunion se tiendra en sous-préfecture sous quinzaine, dans le même format, pour un premier bilan des actions engagées. Et, le cas échéant, la réponse policière sera à nouveau adaptée.

Enfin, plus globalement, le préfet du Finistère a proposé au maire de Brest une convention de sécurité : elle renforcera notamment les moyens communs d’action pour la prévention, la surveillance et le contrôle sur les espaces publics. Le travail collectif en cours devrait en permettre la finalisation dans les prochaines semaines.

Source

Vous souhaitez poser une question à un expert en sécurité auprès de nos membres adhérents ?