Implantation d’un système de 22 caméras de vidéoprotection à Luc et à La Primaube

10 Oct 2021 | Actualités | 0 commentaires

En choisissant d’implanter un système de vidéo protection, la municipalité souhaite favoriser un climat de sécurité pour la poplulation.

Comme de nombreuses autres petites villes, Luc-la-Primaube rencontre des difficultés liées à des actes d’incivilités ou de petite délinquance, auxquelles la municipalité a fait le choix de répondre par l’implantation et le déploiement d’un système de vidéoprotection sur le territoire communal. Lors de la dernière séance publique du conseil, municipal, Dominique Barbier de Reulle, conseiller municipal délégué à la sécurité/domaine public, a présenté ce projet qui prévoit l’implantation de 22 caméras aux abords des bâtiments publics majeurs : mairie, mairie annexe, espace animation, espace Antoine-de-Saint-Exupéry, écoles, ainsi que sur les axes routiers névralgiques traversant la commune, constitués principalement par les routes départementales 543, 902, 911 et 888. À ces endroits, les caméras permettront la visualisation des plaques d’immatriculation des véhicules. Le coût de cette opération étant estimé à 120 000 € sur 3 exercices, 2022, 2023 et 2024.

L’implantation de la vidéoprotection apparaît opportune et nécessaire au regard de la situation géographique de la ville située au carrefour de nombreuses voies traversant le département, de la croissance continue de sa population ainsi que de la présence de nombreuses entreprises et commerces. Les objectifs poursuivis à travers la mise en place de caméras visionnant l’espace public résident dans la prévention des atteintes aux biens et aux personnes, la protection des bâtiments et installations publics, le renforcement de la lutte contre la délinquance, ainsi que l’élucidation de faits délictueux.

Plus largement, il s’agit de favoriser un climat de sécurité pour la population. L’implantation d’un tel dispositif relève à la fois de la compétence du conseil municipal et de celle du maire qui assure en particulier la gestion du dispositif dans le cadre des pouvoirs de police qui lui sont conférés par le Code Général des Collectivités Territoriales. La vidéoprotection doit également se concilier avec le respect impératif des libertés individuelles. Pour garantir ces libertés, la loi encadre l’installation et l’exploitation de ces équipements et interdit tout enregistrement d’images en propriété privée.

Le projet de la ville porte sur la création de deux périmètres, l’un à Luc, l’autre à La Primaube et sur l’implantation à terme de 22 caméras. Ce dispositif sera déployé à compter de 2022 et progressivement sur deux années supplémentaires.

Le projet consiste à implanter des caméras, à enregistrer les images qui ne seront conservées pendant une durée de 30 jours maximum, et à les transmettre à un système de stockage.

Source

Vous souhaitez poser une question à un expert en sécurité auprès de nos membres adhérents ?