Les outils d’attention comportementales pour la détection de la radicalisation en entreprises

1 Juil 2021 | Conseils | 0 commentaires

IMPORTANT « droit de propriété intellectuelle » : Copyright © ADESS. Aucune reproduction, diffusion, etc… du contenu n’est possible sans notre accord écrit.

Sans entrer dans la profondeur de la détection réservée aux professionnels de la Sécurité Publique et aux Services Spécialisés de l’Etat, il existe 4 signaux génériques à analyser, contenant chacun différents items ou comportements sur lesquels se devront d’être portée une attention toute particulière afin de déceler, au plus tôt, les signes d’une potentielle radicalisation, religieuse ou autre.​

Cette détection peut être employée par tout à chacun, sans base de connaissances particulières mais nécessite une ’attention à l’autre’.​

Les outils de détection de cette radicalisation ne concernent pas uniquement le fait religieux et sont applicables aux phénomènes sociaux divers et variés pouvant amenés un collaborateurs à verser dans une forme de radicalité des propos, de l’attitude ou, en cas extrême, vers une radicalité de ses actions à l’encontre de son entreprise, de ses collègues ou de ses collaborateurs.​

Les 4 signaux sont ainsi classés :

Non significatifs

Préoccupants

Inquiétants

Alarmants à signaler !


Signaux non significatifs visibles auprès ou face à un collaborateur :

  • Argumenter avec ferveur pour défendre ses convictions
  • Prendre position et militer pacifiquement au sein de son environnement professionnel avec ses collègues
  • Demander un régime alimentaire particulier
  • Communiquer à ses interlocuteurs sa conversion à de nouvelles croyances, religieuses, syndicales, idéologiques ou politiques

Notez bien : Il est évident que ces éléments communs n’apportent aucun élément particulier et n’invitent pas à une prudence démesurée. Ces signaux s’apparentent en effet, en y réfléchissant un peu, à des éléments de discussions et d’échanges de la vie courante.

Signaux non significatifs visibles auprès ou face à un collaborateur :

  • Arborer des signes visibles (habits traditionnels, barbe, crane rasé, symboles religieux, tatouages spécifiques etc.) afin d’exprimer son identité ou son appartenance
  • Exprimer une volonté de réintégrer une pratique religieuse, un engagement identitaire ou politique.

Notez bien : Si ces derniers éléments ne sont pas un facteur déterminant de vigilance, ils incitent néanmoins à la réflexion sur les raisons profondes qui amènent ce changement. Là aussi, sans exagération et puisque l’interlocuteur est enclin au dialogue, un échange simple pourra permettre, par curiosité, de l’interroger sur ces soudaines évolutions. Mais à ce stade, rien ne peut être considéré comme préoccupant.


Les signaux préoccupants :

  • Changement soudain de ses habitudes dans l’exercice de ses missions
  • Rejet des règles et des codes de vie en milieu professionnel au nom de croyances idéologiques, politiques ou religieuses
  • Refus d’accepter la pluralités des croyances ou des opinions

Notez bien : Ces éléments sont de nature à attirer votre attention. Afin de déterminer les limites entre la provocation et la croyance, les éléments contenus à la suite vous permettront d’effectuer une ‘levée de doute’.

Signaux non significatifs visibles auprès ou face à un collaborateur :

  • Arborer des signes visibles (habits traditionnels, barbe, crane rasé, symboles religieux, tatouages spécifiques etc.) afin d’exprimer son identité ou son appartenance
  • Exprimer une volonté de réintégrer une pratique religieuse, un engagement identitaire ou politique.

Notez bien : Si ces derniers éléments ne sont pas un facteur déterminant de vigilance, ils incitent néanmoins à la réflexion sur les raisons profondes qui amènent ce changement. Là aussi, sans exagération et puisque l’interlocuteur est enclin au dialogue, un échange simple pourra permettre, par curiosité, de l’interroger sur ces soudaines évolutions. Mais à ce stade, rien ne peut être considéré comme préoccupant.


Signaux inquiétants visibles auprès ou face à un collaborateur :

  • Désintérêt soudain pour l’activité professionnelle ou absentéisme répété.
  • Propos antisociaux, fortement intolérants au regard des enjeux internationaux, des débats de sociétés ou de groupes ciblés.
  • Obsession pour les discours messianiques ou pour les thèses conspirationnistes.
  • Sentiment d’être incompris, voire d’être harcelé(e) pour sa pratique religieuse, sociale, politique ou pour son engagement.

Notez bien : Cette première liste d’éléments factuels et décelables par l’observation, l’échange verbal ou par des éléments transmis par des collègue de travail doit entraîner une convocation immédiate de l’individu afin de déterminer, non plus le processus de radicalisation mais le degré de radicalisation de l’individu. Cette étape est primordiale avant d’alerter les services compétents. Cette convocation doit être effectuée dans les locaux de l’entreprise en présence de plusieurs personnes.

Signaux inquiétants visibles auprès ou face à un collaborateur :

  • Arborer des symboles d’appartenance et de soutien associés à des groupes reconnus comme violents et intégristes.
  • Rupture complète des relations sociales et multiplication des tensions avec les collègues de travail, en particulier avec le sexe opposé.
  • Légitimation de l’emploi de la violence devant ses collègues pour défendre une cause ou une idéologie. -Refus de serrer des mains.
  • Apologie de groupes extrémistes violents.

Notez bien: Cette dernière liste d’éléments correspond à la phase précédant le passage à l’acte. Sur un plan personnel, l’individu se sera assuré d’avoir créer autour de lui un vide relationnel lui permettant de s’isoler avant de conceptualiser un mode d’action.

Avant que l’individu ne franchisse cette étape,  des mesures d’ordre professionnelles, soumis à la législation du travail,  doivent impérativement être mises en œuvre afin de préserver les collaborateurs et l’entreprise.


Eléments alarmants à signaler IMMÉDIATEMENT :

  • Propos violents et multiplication des altercations
  • Partage sur le lieu de travail de forum, de vidéos violentes en ligne ou de sites extrémistes violents issus du DarkWeb.
  • Prosélytisme, sollicitations ou manœuvres afin de rallier des collègues à une croyance idéologique, religieuse ou politique violente.
  • Communication à son entourage professionnel de sa volonté d’acquérir ou de s’exercer au maniement d’armes de diverses catégories.
  • Communication à son entourage professionnel de sa volonté de planifier un voyage dans des zones de conflits ou des régions reconnues pour être le terrain d’action de groupes extrémistes violents.
  • Communication à son entourage professionnel de sa volonté de commettre ou de planifier des actes violents ou haineux motivés par une idéologie ou par une cause extrémiste violente.

Notez bien : En tout état de cause, à ces signaux, vous avez l’obligation d’alerter l’entité sûreté de votre entreprise ou si vous n’en bénéficiez pas,  de prendre contact avec les services concernées tels que les Forces de Police, la Sous Direction Anti-Terroriste (SDAT), la Gendarmerie, le Service Central de Renseignement Territorial (SCRT) ou la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI).

Lors de cette prise de contact, relatez leur l’ensemble des éléments observés, le nom, adresse et description physique détaillée de l’individu ainsi que ses coordonnées téléphoniques et mail si vous les connaissez.

Appliquez les consignes de confinement en cas d’évènements majeurs au sein de votre entreprise ou de départ précipité d l’individu, isolez vous, tentez de ne pas paniquer, pensez à mettre votre téléphone en mode vibreur et suivez les consignes des forces de l’ordre.

Agir seul vous entraînerait inévitablement vers une situation que vous n’avez pas les capacités professionnelles ou personnelles de maîtriser.

Le cas particulier de la Taqîa (تقيّة) :

Ce terme désigne, au sein de l’islam, une pratique de précaution consistant, sous la contrainte de l’observation, à dissimuler ou à nier sa foi afin d’éviter la persécution.

Cette pratique est connue dans le monde chiite, autorisée dans le sunnisme et de plus en plus pratiquée par les récents auteurs d’attaques terroristes.

Les outils de détection restent alors l’apanage des spécialistes en linguistique seuls capables de détecter l’emploi de certains vocables caractéristiques de l’extrémisme religieux et du caractère radicalisé de la pensée religieuse.

Note de l’ADESS : Le rédacteur est un expert membre de chez-nous. Un ancien officier supérieur du 44 régiment d’infanterie. Si vous souhaitez sensibiliser, encore plus, vos directeurs de sécurité. Contactez nous via ce formulaire.